Quelle  place donnez-vous à la patience dans votre monde ? Tout va si vite ! Trop vite même, vous le pensez… Notre monde nous invite à l’instantané, le flux tendu. Nous pouvons aussi admirer la réussite fulgurante (et parfois si éphémère) de certaines startups. Nous nous nourrissons de connexions hyper rapides et des trépidations de la vie urbaine. Et surtout, nous nous habituons à avoir tout et tout de suite. Alors, quel peut avoir comme rôle « la patience » dans nos vies d’entrepreneur ? Quelle place souhaitez-vous lui accorder ?

♣♣♣

La patience pour « contrôler » et « se contrôler »

La patience est cette belle aptitude fondamentale qui nous permet d’aborder plus sereinement les aléas de la vie, de surmonter nos échecs, d’affronter les crises ou les personnes compliquées voire toxiques.

  1. La patience rime avec maîtrise. Vitale pour l’entrepreneur, elle porte à la réflexion, elle aide à gérer les pulsions et les mauvais réflexes. Elle permet de temporiser utilement, pour ne pas dévier de l’objectif principal.  Apprendre à attendre pour mieux comprendre, sans être angoissé ou stressé, est une véritable qualité personnelle et bien entendu, professionnelle.

Le succès peut-être capricieux !… et la vie de l’entrepreneur parfois chaotique. Une période de croissance aux résultats prometteurs laisse souvent place à des moments creux plus difficiles à gérer. La patience est alors une qualité précieuse.

  1. La patience : un art de vivre qui se cultive. Savoir garder son calme avec ses partenaires ou face à des clients parfois irrespectueux ou fermés au dialogue est un exercice difficile. Faire preuve d’empathie nous rend plus accessible, plus compréhensif. Si nous savons rester à l’écoute et coopératif, nous forcerons le respect et cela nous ouvrira bien des portes.

Comment faire pour nous maîtriser ? Comment apprendre à nous comporter avec calme et à le rester ? C’est simple : il suffit de regarder vers le haut. Nous perdons patience parce que nous sommes 100% concernés, cela nous préoccupe, et nous pensons faire partie du problème. Si nous déplaçons notre attention vers des choses plus importantes – notre bonne vieille entreprise, par exemple-, il est ainsi plus facile d’envisager les causes d’irritation sous un jour nouveau. Une autre méthode consiste à quitter le lieu, le bureau ou la réunion en disant : « Je trouve cette situation inacceptable. »… et de sortir. Cela cause un choc et généralement, ça marche !. Autre technique : essayez de compter jusqu’à dix avant d’ouvrir la bouche.  (source : Trends)

  1. La patience, pour aller plus vite au but. Paradoxal ? Pas tant que cela. La patience aide à garder le cap malgré les obstacles, les doutes. Le parcours entrepreneurial est une sinusoïde, avec des hauts et des bas. Surtout au démarrage d’une activité ! Et surtout lorsqu’on évolue dans un secteur concurrentiel. Rome ne s’est pas faite en un jour. La réussite se construit sur le long terme. Se faire un nom et une réputation prend du temps !

♣♣♣

La patience en 4 temps

La patience : un lien direct avec le temps. Le temps, LA clé LA ressource principale de toute activité d’entrepreneur. Tout est question de temps et contretemps. Maîtriser le timing du projet, respecter les délais du chantier, arriver à temps au rendez-vous ou déplacer une échéance, avancer une réunion, … Le temps est dans tout, tout est question de temps. Apprenons à l’apprivoiser. Faisons appels à la formation, autorisons-nous à être accompagné, aidé, Du coaching, pour perdre nos vieux réflexes, pour lutter contre nos certitudes, nos croyances, nos peurs…

Faisons du temps notre allié pour viser plus loin que le profit illusoire de l’immédiat. Et n’hésitons pas à jouer avec les différents temps qui nous sont proposés :

  1. Le temps pour comprendrece qui fonctionne, ce qui ne fonctionne et affiner nos projets. Ne confondons pas action et précipitation, rapidité et efficacité, réactivité et proactivité.
  2. Le temps pour apprendre. Aujourd’hui, la formation, c’est toute la Vie ! Cela rentre dans les mentalités. C’est heureux ! Pour monter en compétences, pour ne pas stagner, pour surprendre nos partenaires et même nos clients, entrons dans cette boucle vertueuse de l’apprentissage permanent, soyons curieux de tout.
  3. Le temps pour mieux communiquer, pour montrer notre expertise, nos différences, pour nous rendre visible. Une entreprise qui n’est pas visible, que l’on ne connait pas et que l’on ne reconnaît pas, n’intéresse personne. N’hésitons pas à communiquer également pour nous assurer que notre message et notre mission sont bien compris.
  4. Le temps pour construire la confiance avec nos partenaires, nos collaborateurs, nos clients. Pour la pérennisation de notre entreprise, ne pensons pas « immédiateté » mais pensons « investissement et valeur à vie ».

Attention ! Ne confondons pas « patience » et « procrastination ». Nous parlons bien dans ces deux cas de notre rapport au temps et à l’action. Mais alors que la patience s’efforce de manager le temps, la procrastination tente de l’effacer. Il nous faut donc cultiver la première et combattre la seconde !

♣♣♣

La patience vous veut du bien

Certes, la patience tend à nous rendre plus agréable à vivre, mais elle est également très profitable pour notre santé !

  • Elle laisse moins de place au stressEn effet, dans ce nouveau contexte, nous apprenons à relativiser. En y regardant de plus près, nous pouvons constater que bien des causes de stress sont futiles ou irréelles car le fait de notre mental. Etre en retard pour un travail n’est pas un problème si nous appelons nos clients ou nos partenaires, la plupart compréhensifs, pour nous expliquer sincèrement et franchement. Ne pas stresser, c’est s’autoriser le temps de la réflexion, de se détendre et de se recentrer sur soi pour aller à l’essentiel.
  • La patience, une aide à la bonne décision : prenons le temps d’évaluer chaque situation, d’analyser les tenants, les aboutissants, puis de décider pour agir. Ne laissons personne nous mettre la pression en vue d’une prise de décision (trop) rapide. La précipitation est mauvaise conseillère.
  • Soyons patient et bienveillant envers vous-même. Nous n’avons pas toutes les compétences et nous ne réussissons pas tout du premier coup ? Où est le problème ? Nous sommes pourtant tous partis de rien, ne l’oublions pas ! Mais nous ne progressons que si nous posons un regard constructif sur nos véritables réalisations (nos « réussites »… ou nos « apprentissages »). Octroyons-nous le temps de nous améliorer et cultivons notre curiosité et notre désir d’apprendre.
  • La patience améliore les relationsCela va de pair avec la tolérance et l’écoute. Plutôt que juger ou perdre notre sang-froid, restons ouverts aux points de vue de chacun. Cultivons le dialogue, pratiquons l’humour ou faisons preuve de bienveillance pour détendre l’atmosphère, comprendre et apprendre de toutes ces différences.

♣♣♣

La patience et le doute …

Le doute opère un véritable travail de sape. Alors, la patience est mise à rude épreuve. Le plus important est alors d’observer si la direction soutenue est bien la bonne et s’il suffit « juste » d’y croire encore plus fort et d’entreprendre tout ce qu’il faut pour passer ce cap difficile.

Le doute stérile est l’ennemi numéro 1 de la patience. Dans certaines situations, nous devons évaluer les perspectives correctement : « vais-je retrouver des clients, mes produits/services répondent-ils aux attentes du marché ? ». Si nous sommes certain que notre cap est le bon, donnons-nous les moyens pour l’atteindre. Utilisons période de moindre activité pour nous préparer, pour organiser la suite afin d’être au maximum de nos capacités lorsque le rebond se présentera. Profitons-en également pour nous former si nous nous reconnaissons quelques faiblesses !

 ♣♣♣

La patience et la persévérance, le couple magique

Si l’on observe les dirigeants et entrepreneurs qui réussissent, on se rend compte que, dans leur pratique maîtrisée de la patience, il y a également une réelle convergence entre patience et persévérance.

Au démarrage d’une activité, quelle qu’elle soit, tout prend toujours plus de temps que prévu. Il peut arriver, et c’est fort légitime, que nous ressentions des difficultés à rester 100% optimiste. Nous frappons à d’innombrables portes et nous ne trouvons pas de financement. Nous prospectons tous azimuts et malgré cela, les clients ne se bousculent pas devant notre porte… Prenons du recul, posons-nous les bonnes questionsSi nécessaire, faisons-nous aider. Il se peut, malgré nos belles intentions, malgré notre énergie et notre motivation, malgré notre expertise, que nous ayions mal évalué notre marché, que nous commettions des erreurs, qu’il vous manque encore certaines compétences clés…

Tout cela est (presque) inévitable. La majorité des entrepreneurs passent par ces moments de doute. Mais ceux qui réussissent sont ceux qui persévèrent, ceux qui pratiquent l’auto-critique constructive, qui continuent d ‘avancer malgré tout, ceux qui s’investissent à fond, parce qu’ils croient en leur rêve, parce qu’ils sont passionnés, parce qu’ils savent que rien n’est facile ou acquis en un claquement de doigt.

Alors, cent fois, remettez l’ouvrage sur le métier, remettez le moteur en route … mais surtout ne perdez le cap ! le saint Graal de notre réalisation professionnelle est au bout du chemin.

♣♣♣

Quand « trop de patience » rime avec « imprudence »

En observant les patrons de TPE et de PME, on peut facilement percevoir que certains sont fort justement impatients. Vouloir bousculer tout et tout le monde… pourquoi cela peut-il être utile ? Et bien parce que dans certains cas, la patience a des limites !!! Par exemple :

  • Quand la patience ressemble au perfectionnisme : n’attendons pas que tout soit parfait pour nous lancer. On ne peut pas attendre pas d’avoir tous les cartes en main pour avancer, créer un nouveau service, embaucher, capter de nouveaux clients. Dans ces moments, notre intime conviction et notre force de persuasion doit faire des merveilles. Action !
  • Quand patience rime avec attentisme : n’attendons pas que nos clients viennent nous chercher. Même à l’âge de l’Internet et des réseaux sociaux, le travail de prospection doit rester notre quotidien. Même pour des entreprises déjà matures, rester vigilant et agile est vital.
  • Quand la patience se double de frustration : Quelles que soient les circonstances, ne perdons pas le contrôle. Si on nous claque la porte au nez, ne nous laissons pas envahir par nos émotions. Allons de l’avant.
  • Quand la patience s’apparente au défaitisme : Cherchons toujours l’étincelle positive, le signal qui nous indique que nous sommes sur la bonne voie. Quoi qu’il arrive, continuons à avancer, car il y a toujours d’autres occasions, d’autres clients, d’autres raisons de prendre plaisir.

♣♣♣


♣♣♣

Vous désirez rencontrer un coach et réfléchir sur cette valeur phare que pourrait être « la patience » dans votre organisation, au service de votre projet ?

Contactez-nous !

A tous, entrepreneurs, collaborateurs, nous vous souhaitons une excellente rentrée pleine de perspectives… ainsi que la patience et la conviction que vous êtes sur la bonne voie !